08/07/2017

Atel.21/11/17 : Ecoutez nos défaites par Laurent GAUDE

Attention cet atelier était initialement prévu le 7 novembre

L’auteur :  romancier français, est né en 1972, nouvelliste, dramaturge, prix Goncourt en 2004 pour Le soleil des scorta.

Le thème : L’Histoire a beau démontrer les horreurs de la guerre, et les générations successives ont beau répéter « Plus jamais ça », l'orgueil, la démesure et la violence emportent toujours les hommes.
Ce roman épique  parle des guerres qu’on pense avoir gagnées en ignorant qu’on s’est perdu : Guerre punique, de Sécession, de la France contre l’Etat islamique et de tout un chacun contre la mort. 

L’intrigue. se déroule au moment de la prise de Mossoul : Un agent du renseignement français, Assem  Ghraïeb, doit retrouver un ex-confrère américain, soupçonné de désertion et qui  inquiète la CIA, ne remporte aucune victoire lorsqu'il participe à l'assassinat du président libyen Kadhafi. Il accomplit une mission et sert sa patrie. La mission suivante est d'analyser si son homologue américain, qui a tué Ben Laden, est « récupérable » ou s'il doit être  neutralisé. Sa défaite est de ne trouver aucun sens aux missions urgentes qui lui enlèvent chaque fois un peu de son humanité.

L'Histoire d'hier rejoint celle d'aujourd'hui avec ses fracas, ses triomphes et ses erreurs.

Les Cinq personnages : principaux sont confrontés aux victoires et aux défaites 

Hannibal, guerroyant et gagnant ses batailles contre les Romains pendant plus de vingt ans, rencontre la défaite et la trahison dans ses alliances avec le vainqueur.
Ulysses Grant gagne la guerre civile américaine. Sa défaite a été de garder le surnom de « boucher » pour le restant de ses jours.

Haïlé Sélassié sait que son armée, abandonnée par les grandes puissances, ne résistera pas à la mitraille implacable des Italiens de Mussolini. Sa défaite a été sanctionnée par l'exil.

Mariam, l'archéologue Irakienne au service de l'Unesco, anéantie par les dynamitages des trésors des anciennes civilisations. Sa défaite est sa rupture sentimentale et l'annonce de la maladie.

 

L’écriture : La force de Laurent Gaudé réside dans l'illustration des états d'âme de ses personnages. Le questionnement lancinant au fil des pages accroît la réflexion, abolit les époques et les frontières, accélère la dynamique de l'action : Cette folie meurtrière s'arrêtera-t-elle?

Quelle victoire peut être revendiquée face à la mort de dizaines de milliers de personnes ? Comment continuer à vivre avec ces visions d'horreur et de peur ?
Sûrement une gageure que de mélanger ces différentes périodes de l'Histoire, de choisir les héros significatifs, vainqueurs et vaincus à la fois.  (Agnès Fossion).

 (Actes Sud éditeur)

 

19:28 Écrit par Jacques Bette | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.